Sortir du tombeau – promesse de Dieu

La résurrection de lazare : Jean 11,1-45.

_ZfDFgkA4p0JIi6aZDl01Nsy7i4Une famille avec 3 frères et sœurs. Des liens d’amitiés tissés au cours de l’existence. Jésus vient y mettre son grain de sel.

Jésus à aucun moment n’est triste pour son ami lazare, alors que celui-ci est à l’article de la mort. Comme pour l’aveugle-nė, Jésus voit en tout une occasion de révéler la gloire de Dieu. Comme le dit le Pape dans « la joie de l’évangile », il fait de tout obstacle un défi, et tout concourt pour lui au plus important, c’est à dire à ce que Dieu soit reconnu et aime parce qu’il EST.

La lumière n’est dans aucun homme, parce que c’est Dieu qui illumine le monde, et Jésus est venu poser sur le monde un regard nouveau, nous apprendre à scruter toute réalité pour y discerner la façon dont lui, Dieu, l’éclaire.

Jésus à un rapport à la mort qui est étonnant, car à aucun moment on ne le voit triste à cause de cela, ou étonnė, ou ayant peur : pour lui, la mort n’a pas la force qu’elle a pour nous.

Il se réjouit de la mort de Lazare, parce que cela l’occasion de faire connaître son père !

Avec Marthe et Marie, nous avons 2 réactions face à la mort : celle de Marthe, croyante, celle de Marie affective.

Pourtant, elle ont la même première réaction face à Jésus: « si tu avais été la, il ne serait pas mort. » Devant la cruauté de la mort, sa dureté, tout être humain se retrouve comme face à un mur : celle loi qui fait que nous devons mourir nous interroge, elle nous semble impossible à comprendre. Alors on demande à Dieu des comptes parce que cela ne devrait pas être ainsi.

Jésus face à ces 2 femmes Jésus trouve les attitudes juste.

Marthe : il l’invite à grandir dans la foi: « je suis la résurrection et la vie. » Crois-tu cela ?

Marie, elle, est enfermée dans son chagrin, c’est l’appel de Jésus transmis par sa sœur qui la met en mouvement. Sa souffrance et celle de ses amis émeut Jésus qui pleure. Il souffre de voir souffrir, il compatit. Dieu en Jésus rejoint nos souffrances humaines et pleure avec nous.

Pourtant, quand il arrive au tombeau, il n’est plus question de pleurs ni de douceur : il ordonne, sans faille, clairement, et redonne vie à ce qui l’avait perdue.

Pourquoi ce signe ? Pourquoi avoir fait cela pour son ami Lazare ? Et pas un autre ? En fait, il y a eu d’autres résurrections. Mais celle-là à lieu près de Jérusalem, et c’est elle qui va précipiter sa fin. Lazare va devenir un poids et on voudra l’éliminer aussi, lui le miracle vivant, lui la preuve évident du pouvoir de Jésus sur ce monde.

« Déliez-le, et laissez-le aller. » Jésus est venu pour nous libérer. Il n’est venu que pour cela. Il veut nous donner foi en lui, dans le père, pour qu’enfin nous devenions des croyants.

Dans la parabole du riche et de Lazare (Lazare, est-ce anodin ?), ils finissait en disant que même si quelqu’un revenait de chez les moet, les juifs ne croyaient pas: la, il émet en pratique la parabole et le suite vient naturellement : il vaudra mieux éliminer ce perturbateur plutôt que de se convertir à sa bonne nouvelle.

Et moi ?

Que fais-je de ce message de Jésus ? Jusqu’où se laisser rejoindre par cet amour de l’homme que Jésus montre en allant au bout de son message, de sa mission, en sachant d’avance ce que celui lui coûtera ?

Comment aurait-il pu faire autrement ?

En Jésus, Dieu nous a tout donné pour le connaître, le croire, l’aimer. Si nous continuons de le refuser, c’est que nous ne désirons pas être aimės de Dieu ou que son amour nous indiffère. Nous refusons de nous convertir, de nous tourner vers la seule source qui peut nous réchauffer, nous combler.

Fragiles humains ! Nous avons la vérité devant les yeux, elle ne se dérobe pas, mais nous troublons notre regard pour ne pas avoir la chance de la percevoir !

Un homme, Lazare, est revenu d’entre les morts alors qu’il n’était plus, et nous continuos à refuser de croire en Jésus ? Mais alors, en quoi pouvons-nous croire ? Dans le néant ?

Et toi ?

071aweb

Père Daniel RIGAUD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>