Le rapport à l’image

 

400_F_7209888_HqyJ7wZo98mSSKqjFBZdLef3G1IRHGoO

Suite à mon voyage à Rome et en pensant à nombre de célébration que je préside, il m’est venu cette réflexion, que je te livre :

 Pendant les voyages touristiques ou pendant une messe, baptême ou autre événement familial et public, il y a aujourd’hui, grâce au progrès technique, une foule de personnes prêtes à prendre des photos. Je me sens concernė car je fais quelquefois partie de ces gens-la !

 À qui n’est-il pas arrivė, lors d’un de ces moments, de se sentir confus parce que quelqu’un derrière nous dit que l’on n’est pas transparent !

Il est étonnant de découvrir que quand on regarde un cadre pour mémoriser un événement (appareil photo, téléphone portable…), tout le reste disparaît et on ne se rend plus compte de sa propre existence, notamment corporelle (tu n’es pas transparent !).

 Il m’est ainsi arrivė qu’un papa de fiancée passe de l’autre côté de l’autel au cours du mariage, sans aucune idée de ce qu’il faisait ni du fait que tout le monde le voyait à lui, qui ne voyait que son enfant chérie !

À Rome, j’ai été témoin de cela jusqu’à l’écœurement : des personnes entrent dans une basilique, un lieu témoin de l’histoire humaine, appareil photo à la main, et en ressortent sans avoir sorti leurs yeux du cadre ! Tout en ayant bousculé tout le monde !

 Ma réflexion sur ce sujet se veut constructive :

Quel est mon rapport à l’image, qu’est ce qu’il est important de retenir d’un lieu, d’une fête ou d’une célébration ? Comment faire pour à la fois en profiter et en garder un vrai souvenir ?

Je me souviens du sketch de ce comique quand le papa filmait la naissance de son fils en direct, la mère disant : « tu n’auras pas un enfant, tu auras une cassette vidéo ! »

Grâce au progrès technique, nous sommes passés de quelques photos familiales très codifiées ( costume, pose prévisible, sérieux ou sourire forcė) à une démultiplication des photos si bien que les jeunes générations sont totalement décomplexées vis à vis de l’image et s’en servent sans toujours se rendre compte de la signification que d’autres peuvent lui donner… (Dès la naissance, on a des milliers de photos de bébé dans toutes les poses possibles).

 Quand on visite un monument, li y a beaucoup de chances pour que ce que l’on va prendre en photo l’ait déjà été par des professionnels, dans de meilleures conditions d’éclairage, de cadrage et avec du meilleur matériel ! « Ce qui m’intéresse, me disait un des pèlerins de Rome, c’est que c’est moi qui ai pris la photo de cet endroit-la. » Ainsi donc la photo n’est donc pas importante dans ce qu’elle montre mais dans le fait que c’est moi qui l’ai prise, et qui vais me souvenir que j’ai été là, à tel jour et telle heure. La qualité passe donc au second plan au profit de l’auteur. J’ai donc vu des personnes entrer dans une pièce et mettre leur appareil en fonction mitraillage tout en le baladant tout autour d’eux : sur des centaines de photos, il y en aura bien une de bonne…

Beaucoup de gens, quand ils vient à un baptême par exemple, se sont donnés par avance ce rôle de photographe ( sans y avoir été toujours invités) et sont tout étonnés si on leur dit que les photos auront lieu seulement à la fin : ils ne se sont pas préparés à vivre un événement, seulement à prendre des photos !

L’autre versant de ce thème est l’utilisation des photos : j’ai là aussi le souvenir d’interminables séances de visionnage avec quelqu’un qui, tout fier de son voyage/ participation à un événement, montrait tout sans avoir fait aucun tri : il y aurait un sketch à faire là-dessus ! (200 photos à supporter !)

belle-femme-crant-un-cadre-avec-des-doigts-41449291

 Le plus simple pour résoudre cela me paraît la réflexion avant de participer à un élément :

« Quel souvenir j’aimerais garder de ce moment ?  Quel moment je ne veux absolument pas rater ? Qu’est-ce qui est le plus important aujourd’hui pour moi, pour eux ?

A qui et à qui cela va t-il servir? A qui vais-je montrer/offrir mes photos ? Avec qui je serai heureux de les partager ? »

 J’ai ouvert un dialogue, à toi d’apporter ta pierre !

D.R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>